…1er Octobre 1996 … Deux Automnes … . Deux Automnes … ….. Déjà deux Automnes …. … 1er Octobre 1996 …
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Yukari Sawyer, Traqueuse à la solde d'Umbrella

Aller en bas 
AuteurMessage
Yukari Sawyer
Le Travelo de la Forêt
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 28/07/2012
Age : 21
Localisation : Dijon

MessageSujet: Yukari Sawyer, Traqueuse à la solde d'Umbrella   Mer 1 Aoû - 15:26

IDENTITY




Nom : Sawyer

Prénom : Yukari

Surnom : Yuka

Âge : 22 ans

Sexe : Féminin

Camp : U.B.C.S.

Métier(s) : Espion

Tic(s) : Se frotte rapidement l'index et le majeur droits
quand elle marche.

Armes : Red9 (et crosse), PSG-1, poignard

Objet fétiche : Le collier en ceinture de sa soeur





Yuka Sawyer

PHYSICAL

    Yuka est une jeune femme dans la moyenne de taille et de poids avec son mètre 67 pour 52 kilos. Elle arbore des cheveux châtains mi-courts qu'elle aime bien coiffer en frange qui frôle ses grands yeux couleur noisette, couleur tellement prononcée qu'on a l'impression de se perdre dans son regard quand on la fixe. Les traits de son visage sont fins, de même pour sa bouche et son nez. Autour de son cou, le collier ceinture qu'elle ne lâche plus depuis que sa sœur, Agarwen, le lui a offert il y a une dizaine d'années. Elle s'habille sans trop de fantaisies, avec sa chemise à longues manches rosâtre, son col blanc, son nœud rouge à pois blancs juste en-dessous, sa jupe noire et ses ballerines de la même couleur que son haut. Fana d'armes oblige, elle a toujours sur elle son pistolet, caché sous sa chemise, dans le bas de son dos, prêt à être dégainé. Physiquement plutôt attirante, son caractère est tout autre…
PSYCHOLOGY

    Yukari est très timide avec ceux qu'elle ne connait pas, ce qui la rend, aux premiers abords, plutôt froide. Il n'en est rien, car si vous la mettez en confiance, si vous vous ouvrez à elle, une amie très chère se dévoilera à vous. Elle sera drôle, un tantinet taquine, et cherchera souvent à vous lancer quelques piques. Aux dernières nouvelles, elle aime les hommes, mais cela fait très longtemps qu'on ne l'a pas vue avec un représentant de la gente masculine. Elle peut aussi être sensible, facilement vexée, et là, ses foudres vous tomberont dessus. Une Yuka en colère n'est pas bon à voir, vous êtes prévenu. Plutôt libre dans sa vie, personne ne lui dicte ce qu'elle a à faire, même Umbrella. Si cette société ne la payait pas, elle ne serait pas avec eux et, même pendant ses missions, elle se fiche de respecter un quelconque protocole tant que l'objectif est atteint. Quand elle est en mission, elle change totalement : elle devient dédaigneuse, hautaine, presque autoritaire et, là, sa sensibilité s'envole ; on dirait qu'elle est constamment en colère dans ces moments là.
BIOGRAPHY
    Née dans une famille modeste, je suis l'ainée des sœurs Sawyer. Notre mère était couturière et notre père militaire ; nous ne le voyions qu'une fois tous les deux mois, et encore, avec de la chance. J'étais très intéressée, à partir de l'adolescence, par le travail de mon père et, quand il revenait, j'écoutais, les yeux brillants, ses récits de guerre. A douze ans, Agarwen m'offrit un collier ceinture, que je ne quitte plus, je l'ai encore aujourd'hui. Cette même année, je demandais à mon père de m'apprendre quelques techniques de combat. Étant en arrêt pendant un mois, il accepta et m'appris les rudiments du couteau. Au fil des années qui suivirent, il m'apprit à manier différentes armes, telles que le pistolet ou le fusil de précision, et ce dernier fut mon coup de cœur. J'avais 17 ans quand j'en eu un pour la première fois dans les mains. Ma mère était contre que j'utilise ce genre d'armes à feu et, pour que mon père n'aie pas de problème, nous allions nous entraîner dans la forêt à quelques kilomètres de Racoon City, ma ville natale.

    C'est de là que ma passion pour les armes naquit, et, à 18 ans, j'entrais à l'école de tireur d'élite dans la police de Racoon. Je m'y suis fait un nom, les années d'entraînement avec mon père avaient payé, car j'étais reçue dans le corps de police. Ma première année en tant qu'officière de police se fit à mes 21 ans. Bien sûr, je gardais contact avec ma sœur pendant tout ce temps, nous restions très proches malgré tout. Mais, vint cette mission maudite. Apparemment, un trafiquant de drogue rôdait dans un quartier pauvre de la ville, notre mission était d'y aller en civil, de repérer le dealer et de l'arrêter, ou de le neutraliser. Rien de bien original en somme. Nous étions trois pour la mission et nous arrivâmes devant la maison que nous supposions être le QG du trafiquant. Au moment où j'allais entrer, mon supérieur me barra la route en me disant qu'il fallait un mandat, car nous n'avions aucune preuve que le dealer s'y trouvait. Je ne pouvais rien dire, c'était la procédure, mais cela me dérangeait. Je fis le tour de la maison en bois et, à une fenêtre barrée, j'entrevue une agression : un client était, apparemment, réticent à payer. Je revins donc à l'entrée en faisant mon rapport mais il continuait de me barrer l'accès, disant que c'était contraire au règlement. Je le regardais, désespérée. Un homme allait sûrement se faire tuer, et il fallait attendre un bout de papier ? C'était scandaleux ! Là, à ce moment précis où j'étais impuissante, deux coups de feu retentirent. Bousculant mon chef, je défonçais la porte mal gondée d'un coup de pied et me précipitai à l'intérieur. Le dealer s'était enfui. Mon collègue commençait à appeler une ambulance pendant que je prenais le pouls de la victime. Je me rendis compte qu'il avait reçu une balle dans le poumon et l'autre dans la tête : il était mort. Mort à cause d'un bout de papier. Mort à cause d'un règlement débile ! Je me levai, plein de haine, me dirigeai vers mon supérieur et lui asséna un coup de poing dans le ventre. Je pleurais pendant qu'il était replié sur lui-même. Je lançai ma plaque à terre et sortis.

    Ce fut ma dernière mission dans la police. J'étais retournée avec ma sœur et y appris que mon père était mort il y avait un mois, et ma mère s'était laisser mourir de chagrin. Je m'évanouis. Nous nous débrouillâmes seules, nous avions un logement, Arga était rémunérée par son travail de couturière et je trouvais du travail à droite à gauche. Un jour, deux hommes vinrent toquer à la porte de notre appartement, ils disaient travailler pour Umbrella. Je connaissais l'entreprise de nom, elle faisait dans la recherche biologique d'après ce que je savais. Ils disaient que mon profil de tireur d'élite les intéressait, et qu'ils voulaient m'engager, j'allais apparemment être grassement payée mais il fallait que je ne pose aucune question sur les missions que j'allais avoir. J'acceptais sous deux conditions : que ma sœur puisse venir avec moi et que la façon dont la mission était accomplie soit libre. Ils acceptèrent ces deux conditions et m'annoncèrent que la première mission allait arriver d'ici deux semaines.


HORS RP


Votre prénom: Rémi
Comment avez-vous connue le forum?: Je suis Admin ^^
A quel fréquence vous connectez vous?: Plusieurs fois par jour en vacance/week-end, le soir en période de cours
Code de validation: Brains
Un rang spécial au-dessus de votre avatar?: Le Travelo de la Forêt

_________________
Tracker's theme : Walk Away
Battle's theme : The beggining of the End
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Yukari Sawyer, Traqueuse à la solde d'Umbrella
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Et si j'étais traqueuse ? [G]
» VENDU: ensemble tribal noir & jaune SOLDE
» [chronique] Umbrella Academy
» [CHANTEUSE/SEIYUU] Yukari Tamura
» les roc en solde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Raccoon City Chronicles  :: * Raccoon City Chronicles * :: Les Personnages.-
Sauter vers: